unseulguide

Le survivaliste doit se nourrir au mieux pour assurer sa survie :

Que ce soit en chemin ou en mission d’avitaillement, le silence est une règle absolue . Lors de la cueillette également car un gibier peut alors pointer son nez !

arbalete de chasse et survie

La pêche et la survie :

Certains sont des champions du harponnage ou même savent attraper les poissons à mains nues ! Mais le survivaliste pêcheur-novice, en situation de survie, doit rester attentif à ne pas gaspiller son énergie en vain. La pose d’un filet de fortune en barrage dans un cours d’eau ou la pêche au bouchon sont plus conseillés que la technique Rahan pour assurer sa survie !

La pêche au bouchon :

Demande plus de patience mais souvent aussi moins de temps ! C’est en fait la configuration du cours d’eau ,sa largeur et sa profondeur qui imposent de pêcher ou de piéger selon le cas. Un bon hameçon est toujours plus efficace qu’un hameçon de fortune, car il s’agit d’attraper des poissons et ceux-ci ont la fâcheuse tendance à se libérer assez facilement d’un “mauvais” hameçon ! Le fil de pêche également est un gros atout car à usage multiple…  Des hameçons et du fil de pêche représentent un poids négligeable dans le kit survie, et sont synonymes pour le survivaliste de plusieurs kilos de poissons ! Seul le bouchon et la canne sont superflus, la canne pouvant être remplacée par la main ou par une branche de bois ,et le bouchon par une feuille d’arbre ou n’importe quel flotteur improvisé. les pièges à poissons sont abordés chapitre piégeage.

⇒ Tous les poissons et invertébrés d’eau douce sont comestibles.

chasser en survie

 

 

 

La chasse et la survie :

Les techniques de chasse sont nombreuses, cependant le survivaliste  se concentrera toujours sur le même principe : rechercher le meilleur résultat en engageant peu de moyens et surtout en économisant son souffle. Dans un contexte dangereux il est important de ne pas être repéré ,l’emploi d’armes à feu n’est donc pas indiqué, à moins de vouloir abattre un sanglier ou un chevreuil…Le lance-pierres est très efficace sur les petits gibiers tels rongeurs et lapins, ainsi que sur les oiseaux et les reptiles . La portée pratique du lance-pierres est cependant beaucoup moindre que celle d’un arc ou d’une arbalète ! Mais ne pas sous-estimer l’efficacité du lance-pierres dont la portée pratique est certes inférieure à une dizaine de mètres (distance à laquelle le gibier est foudroyé ou immobilisé par un seul tir de bille en acier) . En situation de survie, la chasse est une pratique opportuniste. Il faut être toujours prêt car le gibier peut se présenter à n’importe quel moment, pour peu qu’on marche doucement, en silence, et qu’on soit attentif.

Dans le cas du survivant qui a installé son campement ou camp de base et fait des sortie “ravitaillement survie” en forêt, il s’agit de repérer des pistes de gibiers et de se mettre à l’affût, en embuscade. Il en profitera pour poser des collets le soir qui seront à relever au matin .

⇒ Les sujets des collets, et autres pièges sont abordés au chapitre “Techniques: Piégeage” . 

La cueillette de survie : 

elle concerne les fruits, légumes et végétaux, tubercules et racines, mais aussi les gastéropodes et insectes.

Les plantes sauvages comestibles et médicinales ⇒ ICI

 

survivalisme-survie.fr