On a coutume de dire que la bouffe est le nerf de la survie. C’est vrai.

L’alimentation en situation de survie :

L’alimentation joue le rôle le plus important dans notre métabolisme, sur nos hormones, notre humeur, et donc sur la justesse de nos jugements et le bien fondé de nos décisions prises à chaud.

Nos besoins en eau sont plus conséquents et si on peut se passer de nourriture pendant des jours, on ne peut se passer d’eau plus de 3 jours sous peine de mort rapide. Les symptômes précédant la mort par déshydratation se traduisent par des hallucinations, une hausse de la température corporelle(sauf en cas d’hypothermie), suivi d’un coma de quelques heures tout au plus avant qu’intervienne le décès.

Mourir de faim est un supplice très lent, beaucoup plus long que l’agonie de la déshydratation et de la soif.

Il est plus à craindre de mourir de soif que de faim.

⇒ L’eau potable:

Au chapitre de l’eau potable, nous passons en revue les différentes façons que le survivaliste en situation de survie peut utiliser pour changer une eau suspecte en eau de consommation.

⇒ chasse&pêche:

Le chapitre chasse & pêche ,traite de quelques manières parmi d’autres le survivaliste en situation de survie peut attraper gibiers et poissons pour se nourrir dans la nature.

Cuisiner:

Ceci consiste en situation de survie à améliorer son ordinaire en donnant de la saveur aux aliments, bien manger est important pour le moral.

 

Survivalisme et survie, survivre aux situations extrêmes